Une petite poulette.

Cette élève un peu perchée, ce serait elle que je choisirais si je ne devais choisir qu’un élève pour enrichir ma collection personnelle d’enfants kidnappés. A défaut d’avoir des mômes, je m’en imagine souvent des fictifs et dans le cru de cette année, il n’y a qu’elle qui pourrait être ma fille.

Pourtant, ce n’est pas physiquement qu’on fait la paire. Elle est brune aux yeux noirs, elle est élancée et nonchalante, a une voix haut perchée et zozotte un peu. Petite, j’étais petite (vraiment), énergique, blonde aux yeux bleus et avec une belle voix éraillée.

Non, ce qui nous lie, c’est notre bagou. Elle n’a pas sa langue dans sa poche et est très émotive.

1. Elle peut s’extasier de joie pour une futilité que personne ne remarque, ce qui m’enchante car elle complète allégrement mes paroles en classe. Exemple futile du jour :

Moi  – à la classe, avec beaucoup trop d’entrain pour un lundi matin : “Oh, écoutez ce silence, comme c’est agréable ! J’adore ce calme”.

Elle – alors qu’elle n’avait pas la parole (mais elle pense souvent tout fort) : “Ah oui, c’est fantastique, on entend même le chant des oiseaux, des tout-petits oiseaux qui viennent de naitre car au printemps, les œufs éclosent !” (en étant perdue dans ses pensées.)

2. A l’inverse, elle peste pour un oui ou pour un non. Si la mine de son crayon se casse, elle va rouspéter toute  seule “oh la la, c’est pas vrai, cette mine est embêtante” voire mieux “mais, heu, mine de crayon, tu pourrais arrêter de te casser, s’il te plait ?” en la pointant sévèrement du doigt. Qu’est-ce qu’elle peut râler pour une personne de 6 ans ! Je vous rappelle que je parle à mes plantes et que je m’agace régulièrement contre des objets (ou moi-même)… Elle peut donc être assez pénible et manque un peu de tact pour dire les choses. Quoi ? Hein ? Quoi ? Vous y voyez une ressemblance ?

3. Elle est solitaire et fait sa petite vie comme bon lui semble. Jeudi dernier, avec ma collègue, on a emmené un petit paquet d’élèves à la médiathèque après l’école. Elle faisait partie du lot et alors que les autres s’emballaient de se faire offrir une histoire par la maitresse ou de déambuler dans les allées à la recherche d’albums de dinosaures avec les copains. Elle, sans prévenir qui que ce soit, en bonne habituée du lieu, a quitté ses souliers et s’est installée sur le tapis multicolore du rayon jeunesse. Elle a choisi des livres “qui apprennent des choses” ou “qui sont beaux”. Elle a passé l’heure à bouquiner tranquillement, sans se soucier des autres, juste à prendre du bon temps. C’est le genre d’enfant à qui tu peux dire “va t’occuper pendant 2h, laisse moi faire ma vie” et qui sera contente d’être abandonnée. Le genre d’enfant qu’il me faut. “Chérie, laisse maman jusqu’à midi, elle fait la grasse mat car elle a trop bu hier, occupe toi, fais ce que tu veux, ne brûle pas la maison mais fais ce que tu veux” et tu retrouve la gosse 3h plus tard, ayant construit une ville pour son hamster dans du carton et ayant même balayé les épluchures de taille-crayon sur le sol.

4. Elle a bon goût en matières d’hommes. Entre les deux tours des élections, on a parlé présidentielles avec les élèves. Rapidement, hein, ils ne sont qu’en CP et je n’ai malheureusement pas le droit de témoigner de mes idées devant eux. Les malins avaient vite deviné que je ne votais pas “Marine Lopez” car “elle aime pas les arabes et nous on est arabes”. Bref, revenons à cette petite poulette car c’est grâce à elle que le sujet est arrivé sur la table. Elle avait terminé son travail en autonomie et au lieu de prendre un autre fichier de travail, elle est venue me demandé langoureusement :

Elle : “Maitresse, s’il te plait, je pourrais faire un dessin ?”

Moi : “hmm, as-tu fini ton plan de travail ?”

Elle : “oui et j’ai aussi fini mes maths.”

Moi (attendrie et de bonne humeur, vendredi veille de week-end de trois jours) : “allez, oui, tu peux faire un dessin.”

Elle : “S’il te plait, maitresse, est-ce que je pourrais avoir une belle feuille blanche ?”

Moi : “Pour quelle raison ?” (les feuilles blanches Canson sont des vraies récompenses, il faut avoir un projet ou l’avoir sacrément mérité.)

Elle : “Je dois dessiné quelque chose de très important, c’est pour dimanche, tu sais.”

Je lui offre cette feuille puis circule dans la classe. Passant devant sa table, je jette un coup d’oeil curieux à son dessin (Elle est une véritable artiste, elle dessine très bien et a un regard intéressant, un angle de vue bien différent de ses camarades et une imagination débordante). Elle avait colorié un drapeau français et ajouté plein de coeurs roses, puis, phonétiquement avait écrit “émanuaile makron”. Je rigole et lui demande pourquoi elle a dessiné cela. Elle me répond que si elle avait eu le droit de voter, elle aurait voté pour lui. Pourtant, me dit-elle, elle ne sait pas pour qui ses parents votent.

Elle : “Oh, ils ne veulent pas me dire car ça ne me regarde pas.”

Moi : “Alors pourquoi veux-tu voter pour lui ?”

Elle : “Parce qu’il est trop beau maitresse ! Et je suis amoureuse de lui ! “

(On ne se moque pas, j’ai une copine de mon âge qui m’a avoué la semaine dernière fantasmer sur lui, son jeune âge et son pouvoir… )

Aujourd’hui, elle a continué avec ses fantasmes d’hommes adultes. Nous parlions de l’année prochaine, leur année de CE1. Ils étaient inquiets d’avoir un maitre plus qu’une maitresse. Un des élèves dit : “ah oui, on pourrait aller chez Mr. B.” Je leur explique que ce n’était pas possible, Monsieur B étant remplaçant, il n’est là que jusqu’à vendredi, puis c’est l’enseignante titulaire qui reprendra sa classe de CE1. Là, la fillette se décompose et dit tout fort : “oh nooon !” Je m’approche d’elle et lui demande à l’oreille ce qui lui arrive :

Elle : “C’est que j’avais vraiment envie d’être dans la classe de Monsieur B, Maitresse…”

Moi : “Ah bon, mais pourquoi tu y tenais tant ?”

Elle : “Ça je ne peux pas te le dire, Maitresse….”

Moi : “Explique moi, enfin ! “

Elle : “C’est que je le trouvais vraiment très très beau, tu comprends….”

Je lui ai conseillé de lui faire un dessin pour vendredi, ça ne guérit pas une peine de cœur mais ça fait digérer le truc (je parle en connaissance de cause).

5. Elle serait une alliée parfaite au Trivial Pursuit ou au Jeu des 1000 Euros (spécial jeunes, faut pas déconner), voire même Questions pour un champion. Ce sont mes jeux préférés, auxquels je rêve de participer un jour (et auxquels je m’entraine quotidiennement), et elle serait très forte car elle est vraiment cultivée et intéressée par tout. Surtout, je pense que, comme moi, elle serait l’une des seules participantes sincèrement motivée à gagner un Petit Larousse…

6. Elle traficote des trucs bizarres dans la cour : elle tournicote, elle discute avec les maitresses, elle martyrise les gendarmes, elle admire les fleurs, elle est un peu allumée… Elle n’a pas vraiment de bandes de copines. Elle vagabonde de copine en copine, de copain en copain. Elle est heureuse comme cela, à flâner dans son petit monde.

7. Elle est hypersensible. Pire que moi en syndrome prémenstruel. Elle pleure quand elle a une croix noire, elle se paie des fous rires de dingue, elle se fâche correctement, elle est passionnément amoureuse, elle déteste le monde entier. Et tout ça en moins d’une heure. C’est un peu difficile à gérer, mais je la comprends, ce doit être difficile pour elle aussi.

8. Et puis surtout, on a les mêmes baskets et les cheveux aussi emmêlés !

Illustration – Marion Fayolle

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s